Prière vous connecter ou vous inscrire pour accéder à cette page du site





Ou






Un peu de lecture

50ème Anniversaire de la Journée de l'Emigration
Le 5 Octobre 1961, le préfet de police de la Seine (ile de France) décréta le couvre feu de 20h00 à 5h30 du matin à l’encontre des Algériens. A l’appel de la Fédération de France du Front de Libération Nationale (FLN) en région parisienne, l’émigration algérienne a manifesté en masse à Paris le 17 Octobre 1961 pour protester contre ce couvre-feu discriminatoire.
Les Algériens ont manifesté pacifiquement pour dénoncer les mesures injustes qui leur avaient été imposées, notamment, des négociations avec le Front de Libération Nationale (FLN) ainsi que le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA) et le droit de l’Algérie à l’indépendance.
Cette manifestation pacifique se heurta à une répression, ainsi les forces de police se sont acharnées sur les algériens qui manifestaient ce jour-là. Le bilan fut lourd : des centaines de morts, de blessés et de disparus, ainsi qu’un nombre important d’internés. Ces derniers ont subi les pires tortures et sévices et comme ils n’ont eu droit à aucun soin, plusieurs périrent et furent jetés dans la Seine.
La répression du 17 Octobre 1961, qui a marqué un tournant décisif dans la révolution algérienne, a permis de renforcer la cohésion de la communauté des Algériens en France.
Aujourd’hui, les massacres du 17 Octobre 1961 ont pu atteindre l’espace universel et regagner leur place dans la mémoire collective par la mobilisation des historiens, des associations et des organisations afin de commémorer cet évènement majeur dans la lutte de libération nationale.