Rechercher dans la Bibliothèque


Timbres Poste
N° 1910 de 2022

Philatélie > Timbres-poste > 2022 > n° 1910


Timbre n° 1910





Caractéristiques

N° Y&T : 1910
Thème : Journée Nationale de l'Imam
Représentant : Cheikh Sidi Mohamed Belkebir
Date d'émission : 15/09/2022
Prix Facial : 25 DA
Thématique
Religion > Islam Consulter les timbres de cette thématique
Personnalités Consulter les timbres de cette thématique
Ville > Timimoun Consulter les timbres de cette thématique




Un peu de lecture

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a décidé de déclarer le 15 septembre Journée nationale de l'Imam, dans un message lu en son nom par le ministre des affaires religieuses et des dotations Youcef Belmehdi, à l'occasion du 19 ème colloque national consacré à la mémoire du savant cheikh Sidi Mohamed Belkebir, détenue en province d'Adrar, intitulée « L'Imam, un message religieux et une valeur nationale ».

Le message a salué les rôles scientifiques, culturels et sociaux des imams (gardes des minbars) qui incarnaient honnêtement le sens de la nationalité, car ils ont pris sur eux de contribuer à l'éducation afin d'atteindre le sens du droit, de la justice, de la sécurité et de la réforme.

Cette journée est célébrée dans tout le pays dans diverses manifestations et activités religieuses en reconnaissance du statut de l'Imam et de son rôle scientifique, culturel et social dans la consolidation des bases de référence religieuse et le renforcement de l'identité nationale.

Ce jour coïncidait avec l'anniversaire de la mort du savant cheikh Sidi Mohamed Belkebir.

Qui est Cheikh Sidi Mohamed Belkebir ?

Il est un érudit Maliki Sufi et un juriste islamique (Fakih). Sa lignée remonte à notre Maître Uthman ben Affan (qu'Allah le bénisse), né en 1911 à Ghamara, province d'Adrar où il a mémorisé le Coran et reçu les principes scientifiques de la Charia. Cheikh Mohamed Belkebir a ensuite déménagé à Tamantit pour apprendre le meilleur des œuvres et des chefs-d'œuvre de la jurisprudence islamique (Fikh) à l'école Maliki ainsi que la langue et la grammaire arabes. Après cela, il se rendit à Tlemcen pour demander la vertu spirituelle auprès de son célèbre érudit Sidi Boufelja ben Abderrahmane, puis à la mosquée d'al Qarawiyyin à Fès où il passa 4 ans et eut quelques revues avec ses érudits.

Cheikh Belkebir est retourné à Timimoune et a fondé une école dirigée par l'un de ses élèves, puis il est retourné à Adrar et a fondé une école coranique en 1950, il a également travaillé à son développement jusqu'à ce qu'elle devienne célèbre au pays et à l'étranger.

L'université algérienne lui a décerné un doctorat honorifique en reconnaissance de ses efforts scientifiques et pédagogiques, et il a reçu l'Ordre de la République en reconnaissance de sa haute estime et de son statut éminent.

Après une vie bénie, Cheikh Sidi Mohamed Belkebir est décédé le vendredi 15 septembre 2000.

Définition de Madrasa (école coranique):

Cheikh Belkebir a choisi la Madrasa -comme idéologie et pensée- pour être une forteresse pour combattre l'ignorance, les superstitions et la ségrégation que la colonisation s'est efforcée de répandre dans la société. Après l'indépendance, la Madrasa est devenue une source d'illumination avec plus de 20000 diplômés mémorisateurs du Coran et Imams (Gardiens des Minbars) qui parcourent le pays pour diffuser, valoriser et entretenir la référence religieuse nationale.

Qu'Allah accorde le repos à son âme et le bénisse.





Vous pouvez nous aider

Nous vous prions de nous envoyer à info@algerie-philatelie.net les scans des enveloppes premier jour, des variétés, des épreuves, des cartes maximums, documents philatéliques et autres pièces qui sont en rapport avec cette page afin d'enrichir la bibliothèque et merci d'avance.