Timbre n° 107

Se connecter à votre compte, ou s'inscrire, pour consulter les cotes des timbres neufs et oblitérés et pour gérer, gratuitement, votre collection en ligne
Se connecter ou S'inscrire

Partager cette page
Partager sur Facebook Partager sur Twiter Partager sur Pinterest

Caractéristiques

N° Y&T : 107
N° Dallay : 108
Thème : Sites et Paysages
Représentant : Cimetière musulman à Tlemcen
Date d'émission : 00/07/1936
Prix Facial : 20 c.
Thématique
Ville > Tlemcen Consulter les timbres de cette thématique




Un peu de lecture

Historique de la ville de Tlemcen
Tlemcen cité deux fois millénaires
Située à 850 m d'altitude, jouissant d'un climat tempéré, Tlemcen ( en berbère les sources )offre des richesses naturelles très diversifiées. Son sol très fertile a assuré une implantation des populations depuis les temps les plus reculés et constitue un centre d'activité très important. L'occupation humaine de Tlemcen et sa région eût lieu dès la nuit des temps.
Après une période préhistorique, une période Numide avec en particulier le règne du roi berbère Syfax, avec comme capitale Siga, survint la période romaine (Tlemcen = Pomaria les Vergers) de 32 à 430 après J.C. et la période Vandale et Byzantine.
A partir du 7ème siècle, commence la période islamique : c'est en 671 que se situe le début de l'occupation permanente du Maghreb par les Arabes. En 675 la conquête musulmane atteint Tlemcen et en 790, Tlemcen est occupée par les Idrissistes de Fès.
La période Almoravide commence en 1079 avec Youcef Ibn Tachfine son fondateur et son fils Ali Benyoucef, suivie en 1143 de la période Almohade fondée par Abdelmoumène Ben Ali, période pendant laquelle s'affirme son expansion économique.
Mais la période faste de Tlemcen se situe du 13ème au 16ème siècle sous la prestigieuse dynastie des Zianides. Tlemcen est alors capitale du Maghreb central avec Yaghmoracen le fondateur de la dynastie, Abou Saïd Othman, Abou Ziane 1er, Abou Tachfine. L'ensemble des administrations et bâtiments officiels est édifié au niveau du Mechouar, vaste quadrilatère du centre ville de Tlemcen entourée d'imposantes murailles.
La fonction culturelle se précise et de nombreux monuments sont construits; l'activité scientifique se développe grâce à la fois à la renommée de nombreux savants et lettrés et aussi aux mécénats de certains princes.
De par sa position géographique, Tlemcen développe ses relations économiques avec l'Europe et l'Afrique; la capitale devient un grand centre commercial avec un quartier franc El Kessaria. De même, la ville accueille les musulmans d'Andalousie et les Israélites expulsés d'Espagne, avec à leur tête le célèbre Rabin Ephraïm Enkaoua. Elle atteint alors une population de 100.000 habitants : chiffre considérable pour l'époque.
Pendant cette période la ville fût assiégée à deux reprises par ses voisins de l'Ouest, les Mérinides, qui y édifièrent les Mosquées de Sidi Boumédiène, Sidi Haloui, la Mosquée et le Palais de la victoire à Mansourah : Purs joyaux de l'architecture arabo-musulmane de Tlemcen.
Du 16ème au 19ème siècle, se situe la période Turque avec Arroudj (Barberousse) suivie de l'époque de l'Emir Abdelkader.
La période coloniale commence en 1842 avec l'occupation définitive de Tlemcen par les Français et se termine en 1962 par l'indépendance de l'Algérie.
Source : http://www.univ-tlemcen.dz/